- Publicité -
dimanche 25 septembre 2022
DomicilePolitiqueRecommandations de l’UE : Le président de la HCC répond au...

Recommandations de l’UE : Le président de la HCC répond au chef de mission de suivi électoral 

Le président de la HCC a présenté son argument concernant les recommandations de l’Union européenne. (Photo Kelly)

La Haute Cour Constitutionnelle (HCC) a réagi face aux recommandations de suivi électoral de l’Union européenne concernant notamment cette Institution et son président. 

À cet effet, la HCC a tenu une conférence de presse, hier matin, en son siège à Ambohidahy. Ce fut une occasion pour le président de cette Institution, Florent Rakotoarisoa, d’annoncer qu’il a envoyé une lettre ouverte à Christian Preda, chef de mission de suivi électoral de l’Union européenne.  Il a tenu à préciser, entre autres, que « concernant vos assertions sur le fait que l’actuel président de la Haute Cour Constitutionnelle, en ma personne, est proche du pouvoir, provoquant un déficit d’image de cette Institution dont l’impartialité est en cause pour l’élection présidentielle de 2023. Vos arguments sont pour le moins surprenants car fondés sur des suppositions gratuites. En effet, d’où est-ce que vous avez tiré la certitude que le président de la République de Madagascar actuel se portera candidat à sa propre succession alors qu’il ne l’a annoncé ni officieusement encore moins officiellement ? ». 

Préjugés. Et d’ajouter que « si ma personne fut membre du gouvernement de consensus lors de la Transition, ce n’est pas grâce à un activisme politique puisque mon statut de magistrat l’interdit, mais ce que j’étais proposé par le groupement politique les « AS » qui était convaincu de ma technicité. Ainsi, vos assertions s’apparentent terriblement à un procès d’intention fondé sur des préjugés ».  Et d’enchaîner que « concernant vos recommandations pour ériger la CENI en Institution au titre de l’article 40 de la Constitution…Pour faire une telle recommandation, êtes-vous sûr que le pays est actuellement en mesure de tenir un référendum juste pour ce point ? ». Toujours est-il qu’en marge de la rencontre de la nouvelle ambassadrice de l’UE avec le président de la République, avant-hier, à Iavoloha, celle-ci a souligné « nous allons encore voir quel type d’appui allons-nous apporter à la tenue des élections. Il y a beaucoup de chantiers en lien avec les recommandations faites à l’époque ». Faisant sans doute allusion à la mise à jour du fichier électoral et du financement des campagnes. Au vu de sa déclaration, la HCC n’a pas du tout supporté ou apprécié, c’est selon, certains passages des recommandations de l’UE.

Dominique R.     

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,424AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

2 COMMENTAIRES

  1. Ben oui, qu’on aime ou qu’on n’aime pas les recommandations UE, bien normal qu’un des principaux bailleurs de fonds du pays et des elections gasy explique de vive voix ses préocupations et désidérats. Sinon retournez vpus vers vos autres partenaires « démocratiques » que sont la Russie, la Chine ou d’autres pays du même calibre !!!!

  2. Le silence est d’or

    Mieux vaut se taire que de parler pour ne rien dire , surtout à ce suppose [haut niveau] .
    Madagascar , dans toutes ses dimensions , n’es t rien moins qu’une mendiante fière , mais mendiante quand même. Cette constatation n’est pas une insulte , une déchirure plutôt.
    Et puis , ramener tout à sa personne ! C’est oublier le sens et le contenu de sa fonction et mission : servir , et non se servir . C’est là l’origine du drame malagasy , ajouté au fait qu’il n’y a actuellement personne de réellement compétent , en liste d’attente , pour remplacer l’actuel et précédents gouvernants .
    D’où le scepticisme embarrassé des « partenaires techniques et financiers » , éléments de langage pour dire [donneurs d’ordres] . D’où les offensives « diplomatiques » occidentales tout azimut , américaine (condamnation sans équivoque de la position de neutralité de Madagascar dans le conflit russo-ukrainien et donc mise en garde) , européenne (Bruxelles interpelle , recommande , réclame , exige…observera…) , française (noyautage et reprise en mains militaires de la sécurité intérieure – police et gendarmerie nationales …) en vue de contrats leonins et diktats partenariaux gagnants-perdants ( financement des élections , finalisation accords de pêche aux conditions et suivants…) .
    Faut-il en rajouter ?!!

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici