- Publicité -
dimanche 25 septembre 2022
DomicileEconomieExportation : La nouvelle ambassadrice des États-Unis confirme la qualité de la vanille...

Exportation : La nouvelle ambassadrice des États-Unis confirme la qualité de la vanille malgache

La vanille malgache est réputée pour sa qualité.

La vanille malgache a une ambassadrice de plus. Claire Annette Pierangelo, la nouvelle ambassadrice des États-Unis à Madagascar a confirmé la qualité de ce produit durant l’entretien avec le ministre de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation, Edgard Razafindravahy. « Les acheteurs et les industriels américains s’intéressent toujours à la vanille malgache », a indiqué la diplomate américaine. Elle a également fait part de « l’intérêt que porte le gouvernement américain envers cette filière porteuse de croissance économique ». Le ministre Edgard Razafindravahy a, pour sa part, saisi cette occasion pour réitérer les efforts entrepris par le gouvernement en vue de l’assainissement de la filière vanille. « Madagascar est réputé sur le marché international pour la qualité de sa vanille qui détient 70% du marché mondial.Il est donc important de préserver voire améliorer cette qualité afin de garder ce statut de leader mondial », a notamment déclaré le ministre qui tient à « prioriser les actions d’assainissement destinées non seulement à maintenir la qualité mais également et surtout à protéger les intérêts des paysans producteurs.»

Prix minimum

 Le ministre de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation n’a pas manqué, durant cette rencontre de revenir sur le prix minimum de 75 000 ariary du kilo de la vanille verte auprès des producteurs. Il ne s’agit pas d’un prix exorbitant selon le MICC qui indique que les paysans gagnent ainsi, en moyenne, 2 000 dollars par an, soit 5 dollars par jour. C’est d’ailleurs sur la base de ce prix aux producteurs qu’est également fixé le prix FOB à l’exportation de 250 dollars. En tout cas, pour le ministre, descendre en dessous de ces prix désavantagerait les paysans. « Or, nous tenons énormément à préserver le bien-être despaysans-planteurs de vanille », a-t-il souligné. Le ministère du Commerce rappelle, par ailleurs, le récent lancement d’un appel à manifestation d’intérêt destiné à répertorier et vérifier les acheteurs internationaux.

« Monopole »

Concernant les mesures prises pour les exportations de vanille, des acteurs de la filière font état d’un projet qui risque, selon eux, d’instaurer une nouvelle forme de « monopole ». Ce projet consisterait à mettre en place « un pool d’exportateurs composé de 4 entreprises membres et par lesquelles, les autres exportateurs doivent passer avant de pouvoir exporter ». Pour ces acteurs, le meilleur moyen de gestion des exportations est de laisser les 70 exportateurs agréés faire librement leur travail en exportant directement leur vanille aux acheteurs internationaux. Ce projet concocté en haut lieu prévoirait également la constitution d’un autre pool de 4 importateurs également destinés à faire office d’intermédiaires pour les autres potentiels importateurs. En tout cas, pour ces acteurs de la filière vanille, « ce projet contraire à la libre concurrence risquerait de nuire à l’image de la vanille malgache au niveau international ». Par ailleurs, les 165 exportateurs qui ont déposé les nouvelles demandes d’agrément attendent encore la publication de la liste des bénéficiaires sélectionnés. D’après certains d’entre eux, leurs clients attendent cette liste avant de passer commande.

 R.Edmond.

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,424AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

Un autre Royaume 

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici