- Publicité -
mardi 29 novembre 2022
DomicilePolitiqueAdministration civile : Le SYNAD condamne toutes formes de pressions

Administration civile : Le SYNAD condamne toutes formes de pressions

Droit mais clair, Paolo Solonavalona a exposé le mal-être des administrateurs civils.

Une fois de plus, le Syndicat des Administrateurs Civils monte au créneau pour faire part de leur mal-être et celui de tous les administrateurs civils.

Les mots sont forts !  Oui,  comme à son habitude, le président du SYNAD ou Syndicat des administrateurs civils, Paolo Emilio Raholinarivo Solonavalona, n’a pas mâché ses mots en expliquant la situation de ses confrères après une Assemblée générale extraordinaire organisée à Anosy, hier. « Nous n’acceptons pas les pressions sous quelle forme que ce soit », a tonné le numéro Un du Synad en dénonçant l’agissement de certains responsables par rapport aux décisions prises par des administrateurs civils. 

« Des personnes non qualifiées exercent le métier d’administrateur civil », a également déploré le président du Synad tout en précisant qu’il y a parmi les délégués ceux qui n’ont pas suivi de formation pour ce poste. Ce pourquoi des dérives se produisent certaines fois, à entendre les explications de Paolo. Tout de même, il n’a pas hésité à indiquer que s’il y a des administrateurs civils qui ont failli à leur responsabilité, des mesures devraient être prises. « Le Synad n’hésitera pas à présenter son mea culpa si des erreurs ont été commises », a-t-il poursuivi.

Force de proposition. « Nous sommes un contre pouvoir mais nous ne sommes pas contre le pouvoir », continue le président du Synad en voulant éclaircir la position de son syndicat. Les dernières sorties médiatiques de Paolo Emilio Raholinarivo Solonavalona ont laissé paraître un bras de fer entre lui et certaines têtes proches du régime. Des observateurs se sont même livrés à des spéculations selon lesquelles Paolo s’était fait remonter les bretelles par ses pairs, d’où cette AG extraordinaire. Toutefois, les administrateurs civils ont montré leur unité et derrière Paolo, ils ont martelé que « les administrateurs civils restent une force de proposition mais ne sont pas une opposition ». 

Jugements supplétifs. « Le Synad participe à l’opération jugements supplétifs. Cela fait partie de notre travail », a indiqué le numéro Un du Synad. Une autre manière d’expliquer que les administrateurs civils comptent mener à bien leur responsabilité. Paolo Emilio Solonavalona Raholinarivo, prolixe dans ses explications, a même souligné que « les administrateurs civils sont au service de la population, et non pas à celui de quelques individus ou d’un parti politique ».

 Julien R.

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

1 COMMENTAIRE

  1. Comme leurs dénominations l’indiquent –
    et ceci est hérité, soit dit en passant et pour rappel aux grands connaisseurs de la chose publique, de l’Administration coloniale –
    ces fonctionnaires payés par l’Etat sont des administrateurs et donc « administrent » les affaires publiques SOUS L’ENTIER ORDRE ET SANS CONCESSION de l’Etat ,
    et c’est complètement absurde, pour ne pas dire plus, de prétendre à une quelconque « contre-pouvoir »(!!!). (même si ce vocable est à la mode actuellement).
    Que l’on démissionne et fasse autre chose si l’on n’oublie ou semblant d’oublier ce qu’on a vous inculqué lors de la formation d’avant l’octroi du poste.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici