- Publicité -
mardi 6 décembre 2022
- Publicité -
DomicilePolitiqueMohamad Ahmad : Pour le démantèlement d’un réseau d’exportateurs illicites de pierres précieuses...

Mohamad Ahmad : Pour le démantèlement d’un réseau d’exportateurs illicites de pierres précieuses : Mohamad Ahmad, président de la Commission des Ressources stratégiques.

Mohamad Ahmad, président de la Commission des Ressources stratégiques.

Mohamad Ahmad : Pour le démantèlement d’un réseau d’exportateurs illicites de pierres précieuses

La prochaine session parlementaire approche à grands pas. La réforme du code minier sera au menu à Tsimbazaza durant ces 30 jours où les députés sont obligés de se concentrer sur leur principale mission, faire des lois. Président de la Commission des Ressources Stratégiques au niveau de l’Assemblée nationale, Mohamad Ahmad compte faire de ce rendez-vous une occasion de se pencher sur la stratégie à mettre en place pour démanteler ce qu’il appelle un réseau d’exportateurs illicites de pierres précieuses. « Une descente conduite par la Commission a été organisée afin de connaître les réalités sur le terrain et d’écouter les doléances de la population », a-t-il indiqué. À entendre le député Mohamad Ahmad, ce réseau connaît très bien les rouages de l’administration, les textes régissant l’exploitation et l’exportation des produits miniers et notamment les faiblesses de l’Etat. « Il sait très bien comment fonctionne l’administration. Quand il fait une infraction, il négocie auprès du ministère pour que la pierre reste entre ses mains. Le ministère n’a pas de ressources humaines et des moyens financiers suffisants pour  mettre fin à ce fléau », a-t-il noté tout en soutenant qu’il faut revoir cela dans ce code minier réformé. Sur ce qui s’est passé à Miandrivazo et Malaimbandy, il a indiqué que les personnes mêlées à cette affaire sont déjà connues et des enquêtes sont déjà en cours.

Marché mondial. C’était également l’occasion pour lui de remercier l’Etat sur le retour de l’exportation des pierres précieuses. Il a tout de même souligné qu’il faut revoir le prix de ces produits et des ajustements seront nécessaires. « L’Etat doit connaître les besoins sur le marché mondial », a-t-il poursuivi. Le contexte ne ressemble plus à celui de 2001, des réajustements sur le prix et les produits à exporter semblent ainsi nécessaires et le député espère que cela soit visible sur ce code minier. Mohamad Ahmad n’a pas caché son souhait de revoir Madagascar s’ouvrir à nouveau à l’exportation de l’or qui n’est pas un produit prohibé selon ses explications mais il faut d’abord bien assainir ce secteur. Des enquêtes parlementaires sont même déjà lancées pour les différents cas d’exportation illicite d’or.

Recueillis par Julien R.

Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici