- Publicité -
mercredi 7 décembre 2022
DomicileEconomieFORMAPROD : Un débouché pour les produits des jeunes formés

FORMAPROD : Un débouché pour les produits des jeunes formés

Le programme de Formation Professionnelle et d’Amélioration de la Productivité Agricole (FORMAPROD) touchera à sa fin en 2023. « Depuis son démarrage en 2013, le programme a formé plus de 93 000 jeunes issus des 14 régions d’intervention. Ce sont notamment des jeunes qualifiés dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche ainsi que dans la transformation de produits, la fabrication de matériels et équipements agricoles, sans oublier l’artisanat. La moitié de ces jeunes formés sont en phase de commercialisation de leurs produits. Raison pour laquelle nous avons travaillé en collaboration avec le ministère en charge du Commerce pour la recherche d’un débouché à leurs produits après avoir soutenu leur structuration », a expliqué Harilala Rakotonarivo, le coordonnateur national de ce programme. 

« Vita Malagasy ». Il s’agit notamment des 45 jeunes issus d’Atsinanana et Analanjirofo, regroupés au sein de l’association Ravinala qui va bientôt changer de statut en SARL afin qu’ils puissent écouler sur le marché leurs produits composés d’épices de qualité comme les poudres de cola, de curcuma, de cannelle et de gingembre. La direction régionale du Commerce a facilité l’acquisition d’un certificat de consommabilité et d’une autorisation de mise en vente sur le marché de ces produits après avoir analysé en laboratoire leurs échantillons. Ces jeunes sont également prêts à satisfaire les commandes des clients sur des produits artisanaux et des articles de vannerie qu’ils ont fabriqués. Parlant de débouché, la société Shop Liantsoa disposant de 18 points de vente, qui est une entreprise malgache promouvant le « Vita Malagasy », s’engage à mettre à la disposition de l’association Ravinala un showroom pour écouler leurs produits dans la capitale.  L’objectif de cette collaboration vise à promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes ruraux à travers le développement de la vente de leurs produits. « Il s’agit de la première commercialisation de nos produits. Notre capacité de production s’élève à plus d’une tonne par an avec sept variétés d’épices », a confié Vanya Rakotoson, représentant de l’association. 

Navalona R.     

Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici