- Publicité -
mardi 6 décembre 2022
- Publicité -
DomicilePolitiqueÉtats-Unis : Soutien aux schémas d’aménagement communaux

États-Unis : Soutien aux schémas d’aménagement communaux

La gestion des terres reste un problème majeur dans le pays. (Photo d’archives)

Les États-Unis soutiennent des Schémas d’Aménagement Communaux pour améliorer les moyens de subsistance et protéger l’environnement à Madagascar. 11 000 membres des communautés avoisinant les aires protégées bénéficieront de ces schémas à Morondava.

Lors d’une cérémonie qui s’est déroulée, hier, sur la célèbre Avenue des Baobabs, l’ambassadrice des États-Unis, Claire A. Pierangelo, s’est jointe à des représentants des Ministères de l’Aménagement du Territoire et des Services Fonciers et de l’Environnement et du Développement durable, ainsi qu’à d’autres parties prenantes, pour remettre huit nouveaux Schémas d’Aménagement Communaux. Ces schémas sont des plans d’utilisation et de gestion des terres, soutenus par le gouvernement américain, afin de prévenir toute nouvelle destruction des zones protégées de Menabe Antimena et Kirindy Mite, tout en encourageant le développement économique de la région. Ces plans ont été élaborés avec la participation des communautés avoisinant les aires protégées. Les projets Hay Tao et Mikajy de l’Agence américaine pour le développement international (USAID) ont fourni un soutien financier et technique pour former les parties prenantes à la rédaction de ces plans essentiels pour le développement économique durable, tout en mettant en œuvre des mesures de protection solides pour la biodiversité locale.

Mesures.  Au cours de la dernière décennie, un afflux constant de migrants du Sud de Madagascar s’est réinstallé dans les communautés avoisinant l’aire protégée. Ces nouveaux schémas précisent les lieux de vie et d’exploitation agricole des migrants et des communautés existantes, délimitent les frontières officielles de l’aire protégée et prescrivent les mesures que les communautés peuvent prendre pour s’assurer qu’elles utilisent les ressources naturelles de leurs terres de manière durable afin de maximiser leurs avantages économiques. L’aire protégée de Menabe Antimena abrite de nombreuses espèces uniques et endémiques, dont le microcèbe de Madame Berthe, le plus petit primate du monde. Malgré la richesse de sa biodiversité, la zone est confrontée à de nombreux défis, notamment une déforestation rapide due à la culture illégale du maïs et à l’exploitation illégale de bois dur précieux, au détriment des communautés locales qui dépendent d’une forêt saine. Grâce à ces nouveaux plans, bon nombre de ces migrants et des communautés existantes disposent désormais d’options légales leur permettant de subvenir aux besoins de leurs familles. « Ces plans aideront les habitants de Menabe à prospérer économiquement tout en préservant ce paysage unique et rare pour leurs enfants, le peuple malagasy et le monde entier », a déclaré l’Ambassadrice Pierangelo. « En délimitant clairement les frontières entre les villages et la zone protégée, nous pouvons faire un usage optimal des terres limitées disponibles. » Les États-Unis sont aux côtés de Madagascar comme « mpirahalahy mianala » pour aider à sauvegarder la biodiversité unique du pays. Depuis 2013, l’USAID a engagé plus de 60 millions de dollars dans des programmes à Madagascar qui favorisent la durabilité, améliorent les moyens de subsistance des communautés locales, soutiennent la gouvernance des ressources naturelles, renforcent les actions visant à mettre fin au trafic international d’espèces sauvages et protègent des milliers d’hectares de l’exploitation illégale.

Recueillis par Dominique R.

Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici