- Publicité -
vendredi 9 décembre 2022
DomicileSociétéPollution de l’air : Recrudescence des allergies

Pollution de l’air : Recrudescence des allergies

Les gaz d’échappement polluent l’environnement

Les cas de rhinoconjonctivite dans les cabinets médicaux ont connu une hausse depuis quelques jours. La pollution de l’air dans la capitale en est la principale cause.

Des patients aux yeux rougis qui toussent continuellement avec un nez qui coule comme de l’eau. C’est devenu une scène habituelle dans les cabinets médicaux de la capitale. Depuis quelques jours, la ville est plongée dans une épaisse pollution due aux feux provenant de la décharge d’Andralanitra, de la briqueterie sans parler des gaz d’échappement des véhicules qui dégradent la qualité de l’air. De ce fait, les personnes qui respirent de l’air pollué peuvent présenter divers symptômes qui varient selon la sensibilité de chacun à la pollution de l’air. Dans le cabinet médical du Dr Domoina Rakotonoely sis à Ambondrona, la salle d’attente ne déserte pas et la majorité des patients souffrent de la rhinoconjonctivite. C’est une inflammation qui touche en même temps les muqueuses du nez et la conjonctive de l’œil. «Sur les 30 patients auscultés tous les jours et tous âges confondus, 20 souffrent de rhinoconjonctivite, 4 de conjonctivite allergique et quelques-uns d’entre eux d’allergie respiratoire comme l’asthme. La brusque chute de température surtout dans la matinée ainsi que la pollution issue de brûlis agricoles et d’émissions industrielles ou automobiles génèrent des problèmes respiratoires », a-t-il souligné.

Pollution

Le service de la météorologie d’Ampandrianomby a déjà indiqué qu’une qualité de l’air malsaine pour les personnes sensibles est observée à Antananarivo. Les concentrations de particules fines sont trois à quatre fois supérieures au seuil recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). La vigilance est ainsi de mise pour les personnes sensibles à la pollution de l’air comme les enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes et les personnes atteintes de problèmes respiratoires et cardiaques. « Mon petit garçon toussait, il ne parvenait pas à respirer convenablement et avait une forte fièvre. Nous pensions qu’il avait peut-être attrapé le coronavirus mais le médecin nous a dit qu’il avait une rhinoconjonctivite », témoigne Larissa, une mère de famille. En cas de rhinoconjonctivite, on observe classiquement un écoulement nasal ou une obstruction du nez, des éternuements, des yeux rouges et larmoyants ainsi que des démangeaisons au niveau du nez et des yeux.

Narindra Rakotobe

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici