- Publicité -
vendredi 2 décembre 2022
DomicileSociétéParc botanique et zoologique de Tsimbazaza : Le personnel épargné par le foyer...

Parc botanique et zoologique de Tsimbazaza : Le personnel épargné par le foyer de tuberculose

La tuberculose étant une zoonose, elle peut se transmettre d’un animal infecté à l’être humain.

Les Varicia seraient les plus touchés par la tuberculose qui a été détectée auprès du parc botanique et zoologique de Tsimbazaza. Les études continuent pour déterminer la nature de la maladie.

Sur les 56 animaux qui ont fait l’objet d’analyses, 12 ont été testés positifs à la tuberculose. C’est ce qu’avance le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour faire état du « foyer de tuberculose » qui a frappé des espèces endémiques de Madagascar auprès du parc botanique et zoologique de Tsimbazaza. Le département ministériel explique que 8 animaux ont trouvé la mort des suites de la contraction de la maladie et que les « Varicia sont les plus touchés comparés aux Sifaka et Fosa ». Selon toujours le ministère de tutelle, le parc botanique et zoologique de Tsimbazaza abrite actuellement « cent trente-cinq (135) lémuriens » issus des différentes régions du pays. Par ailleurs, aucun personnel du parc n’aurait contracté la maladie après les résultats d’analyses effectuées la semaine dernière. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique précise que des mesures ont été prises pour protéger les autres animaux et surtout les visiteurs. En effet, le parc botanique et zoologique de Tsimbazaza est toujours ouvert au public. Les animaux concernés par la maladie ont été isolés et une mesure de distanciation entre les visiteurs et les autres animaux a été appliquée si l’on s’en tient au ministère.

Multipartite

Les travaux de recherche menés par la commission scientifique chargée d’enquêter sur cette situation seraient en cours. Composée par des représentants du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, du parc botanique et zoologique de Tsimbazaza, de la direction des médecines vétérinaires ainsi que du programme national de la lutte contre la tuberculose, ladite commission sera également en charge de déterminer l’origine de la maladie qui mine les animaux endémiques du parc de Tsimbazaza. Si des mesures ont été prises par les responsables afin de contenir la propagation de cette maladie, le risque existe toujours.

José Belalahy

Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici