- Publicité -
mardi 29 novembre 2022
DomicileSociétéHandicap visuel : La carte de Madagascar désormais disponible en braille

Handicap visuel : La carte de Madagascar désormais disponible en braille

Les personnes ayant un handicap visuel peuvent dorénavant avoir les informations détaillées de Madagascar à travers une carte géographique en braille. Elle est actuellement utilisée par la classe inclusive de l’EPP Antsahavory mais sa vulgarisation à travers le pays est déjà en gestation.

L’inclusivité, une réalité. La carte de Madagascar en braille a été présentée pour la première fois au grand public samedi dernier à l’EPP Antsahavory, Cisco Ambohidratrimo, ZAP Antehiroka. Destinée aux élèves en situation de déficience visuelle, la conception de cette carte résulte de la coopération entre l’association Mampitasoa Handicap Madagascar (MHM) et le centre Guinot de l’Université Paris-Saclay.« Cette université dispose d’un service de transcription, ce qui nous a permis de transcrire la carte de Madagascar en braille. Les cartes disponibles comportent entre autres les données administratives, hydrographiques, les 22 régions ainsi que les reliefs et les bassins versants », selon Martial Rahaririaka, fondateur de l’association MHM. Ismaël Herintsoa, 12 ans et en classe de 7ème n’éprouve aucune difficulté à identifier les cours d’eau sur cette carte. « Je ne me sens pas différent des autres puisque comme mes autres camarades, je peux avoir une idée de ce qu’est Madagascar à travers cette carte en braille », témoigne-t-il. Ces points ont été soulevés lors de la célébration de la journée mondiale de la canne blanche, samedi dernier.

Apprentissage

L’intégration des élèves en situation de handicap visuel dans les établissements scolaires ordinaires n’est pas toujours facile. Selon Tahiana Andriamamonjy, enseignant des élèves ayant une déficience visuelle, le temps de lecture, d’écriture ou de recherche d’informations peut être plus long pour un élève déficient visuel que pour un élève voyant malgré l’utilisation d’outils adaptés à sa situation. « L’accent porte surtout sur le développement du toucher et de la mémoire. C’est le cas pour les cours d’anatomie où les élèves sont amenés à identifier le fémur ainsi que les autres parties du corps », a-t-il indiqué. Cette classe inclusive suit le programme officiel du ministère de l’Education nationale. L’objectif étant de faire en sorte que les élèves soient autonomes après l’obtention du CEPE.

Narindra Rakotobe

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici