- Publicité -
dimanche 4 décembre 2022
DomicileSociétéTransport public : La CUA prévoit des sanctions contre les taxi-bicyclettes récalcitrants

Transport public : La CUA prévoit des sanctions contre les taxi-bicyclettes récalcitrants

Les taxi-bicyclettes sont descendus dans la rue pour revendiquer l’autorisation d’opérer dans la Ville des Mille.

Le fait par le conseil municipal d’autoriser les taxis-motos à opérer dans la Ville des Mille a suscité des questionnements et des exigences d’égalité de traitement chez les conducteurs de taxi-bicyclette.

On trouve de tout en matière de transport public dans la ville des Mille. Après les problématiques des taxis-motos, la commune urbaine d’Antananarivo se retrouve à gérer celles des Tananariviens qui utilisent leurs bicyclettes comme véhicules de transport de passagers. Les faits sont les plus observés dans les quartiers comme Anosizato. Face aux revendications de la part de ces types de « transporteurs », la commune urbaine d’Antananarivo a mis les points sur les « i ». Ainsi, le transport de personnes par vélos et bicyclettes en tant qu’offre de service comme tout autre transport public autorisé est interdit dans la commune urbaine d’Antananarivo, à en croire la commune urbaine d’Antananarivo. La CUA annonce également « devoir prendre des mesures de sanction à l’encontre des taxi-bicyclettes récalcitrantes ». « Une mesure qui devrait permettre de mieux gérer la commune et de limiter les divers troubles existants », explique la direction des transports et de la mobilité urbaine auprès de la CUA.

Dialogue

Une réunion qui a rassemblé des représentants des conducteurs de taxi-bicyclettes et de la commune urbaine d’Antananarivo, via la direction des transports et de la mobilité urbaine, a été organisée hier. La rencontre qui interviendrait après la mise en fourrière de quelques bicyclettes ayant opéré illégalement d’après les explications de la CUA. Mais également après une descente dans la rue effectuée par les conducteurs de taxi-bicyclettes qui a interpellé les observateurs. « C’était une opportunité pour la commune de rappeler aux personnes concernées les règlements en vigueur en matière de transport public et de mobilité », note la direction des transports et de la mobilité urbaine. Il conviendrait de noter qu’à l’instar du cas taxi-moto, les taxi-bicyclettes a déjà été refusé par le conseil municipal de la commune urbaine d’Antananarivo. Reste à savoir si comme le cas des taxis-motos, les taxi-bicyclettes seront un jour validées par le conseil municipal.

José Belalahy

Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici