- Publicité -
lundi 5 décembre 2022
- Publicité -
DomicilePolitique20e congrès du Parti Communiste Chinois : Le passage vers le socialisme...

20e congrès du Parti Communiste Chinois : Le passage vers le socialisme moderne scruté à la loupe

Beijing sous les feux des projecteurs de l’actualité depuis dimanche avec le 20e congrès du Parti Communiste Chinois (CPC). Le Chef de l’État Xi Jinping dans son long discours d’une heure et demie mais écouté avec la plus grande attention, a dressé son bilan tout en annonçant la couleur de la nouvelle réorientation du pays pour les cinq ans à venir. Ce sera un développement de haute qualité sous la coupe d’un socialisme moderne, a-t-il indiqué. Une fois le ton donné, les 2 296 délégués élus pour participer au congrès réfléchiront sur la manière d’engager le pays sur la voie de la construction du socialisme moderne. La reconduction de Xi Jinping par le CPC pour briguer son troisième mandat semble indiscutable, selon les spécialistes des affaires chinoises. À la tête de la présidence depuis 2012, il est lui-même le dirigeant chinois le plus puissant depuis l’instauration du régime socialiste par Mao Zedong. D’ici quelques jours, le nom de celui qui sera Président de l’un des pays les puissants du monde sera officiellement annoncé au Great Hall (palais du peuple) de Beijing. En attendant, les conférences s’enchaînent ici et là et parfois d’un hôtel à l’autre puisque les délégués sont repartis sur plusieurs hôtels à Beijing. La question de Taiwan, le découplage entre les puissances économiques et la Chine, la relation de la Chine avec l’Occident et les intérêts de l’initiative du projet, la ceinture et la route sont autant de sujets que les participants au congrès auront à discuter. « Nous œuvrerons avec la plus grande sincérité et les plus grands efforts pour une réunification pacifique de Taïwan, mais nous ne renoncerons jamais au recours à la force et nous nous réservons la possibilité de prendre toutes les mesures nécessaires », a-t-il expliqué durant son discours à l’ouverture du congrès. Il met en garde toute tentative d’ingérence internationale : « l’affaire Taïwan est l’affaire du peuple chinois lui-même et doit être résolue seulement par le peuple chinois ». Sur la reprise en main de Hongkong par la Chine, le numéro Un chinois le qualifie d’un passage au chaos à un retour à la gouvernance. En revenant au plan quinquennal, toutes les orientations sont conjuguées avec la vision de socialisme moderne et de qualité de développement prônée par le président Xi Jinping. Une politique internationale plus ouverte a été dite et le continent africain n’est pas en reste. Pour Madagascar, le plus proche serait la concrétisation du projet « Belt and Road Initiative » dont les accords de principe ont été signés. Pour Xi Jinping, mettre en œuvre le socialisme moderne avec ses astuces de hautes qualités de développement ne sera pas chose facile. Il a d’ailleurs déjà prévenu les délégués du CPC d’être prêts pour résister aux vents violents, aux eaux agitées et aux tempêtes dangereuses. Une manière pour ce leader d’affirmer que la Chine est déterminée pour réaliser ses aspirations.

Didi R. (Beijing)

Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

1 COMMENTAIRE

  1. Tout premier article de MM dans la rubrique Politique : Quel lien avec La gouvernance et l’orientation politique malagasy ? Est-ce un focus appuyé sur les différences apparentes entre ces deux régimes …démocratiques ?
    Inutile sans doute de triturer plus avant , vu le peu de réactions aux articles de MM et suivants .

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici