- Publicité -
vendredi 9 décembre 2022
DomicileEditoChronique de Mickey

Chronique de Mickey

Le regard du monde est ailleurs…

Pendant que tout le monde a les yeux rivés sur la guerre en Ukraine, et que personne ne voit ce qui se passe ailleurs, notamment, en Afrique. Ce continent qui, par ailleurs, est le théâtre des enjeux géopolitiques de la guerre froide, cache mal encore sa vraie dénomination. Le Tchad, le pays à lui seul, illustre le mal politique de l’Afrique. Son histoire peut servir de morasse, épreuve modèle, pour les autres Etats africains. Protectorat français en 1900 puis colonie en 1920, république autonome en 1958, puis devenu indépendant en 1960. Son premier président de la République s’appelait François Tombalbaye (contemporain de Philibert Tsiranana) qui fut assassiné en 1975. Après le pouvoir échut à un général, Félix Malloum, qui a dû le céder à Goukouni Oueddei qui, à son tour, après ce qu’on appelle la deuxième bataille de N’Djamena, a évincé Hissène Habré avec l’aide de Mouammar Kadhafi. Ce dernier ayant eu des velléités d’annexer le Tchad mais en 1987, il fut contraint d’évacuer le pays. En 1990, Hissène Habré revenu au pouvoir en est chassé par Idriss Déby qui va mourir en 2021 sur le front contre les djihadistes. À sa mort, son fils (37 ans) avec 15 généraux prend sa succession, Mahamat Déby Itno, Déby fils, promit et jura qu’une période de transition de 18 mois allait être instaurée et qu’il ne serait pas candidat aux prochaines élections présidentielles. Mais comme partout ailleurs, les promesses de « transition » oublient souvent les promesses aux élans démocratiques. Il a réussi en un tournemain à prolonger de deux ans la transition, en être à sa tête et surtout à se présenter à la prochaine présidentielle. Certains diront qu’il a bien appris son histoire d’Afrique.

Mais comme partout ailleurs, il y a toujours une plateforme d’opposants qui s’oppose à cette vision et comme toujours, il y a des manifestations de contestation. Le 20 de ce mois, les émeutes ont fait une cinquantaine de morts et plusieurs centaines de blessés, sur l’autel de la démocratie dira-t-on.

Mais il est fort à parier que le jeune Mahamat Déby Itno ne rompra pas à la tradition dynastique de la République qui est familière au continent. D’autant que le Tchad, de par sa force de frappe militaire (gendarme de la région), bénéficie pour sa stabilité de la bienveillance des forces étrangères ( y compris la France) qui pour le moment ont l’attention fixée sur les frontières ukraino-russes.

M.Ranarivao

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici