- Publicité -
vendredi 9 décembre 2022
DomicilePolitiqueÎles Eparses : Les négociations reportées

Îles Eparses : Les négociations reportées

D’après les informations, la partie Malagasy aurait demandé l’ajournement en avançant comme motif le limogeage du ministre des Affaires Etrangères Richard Randriamandrato.

Novembre 2019 – novembre 2022. Trois ans après la première rencontre de la Commission mixte franco-malgache sur les Îles Eparses, le dossier stagne. En effet, jusqu’alors, les deux parties continuent de camper sur leur position respective. La « solution commune et consensuelle » qui devait avoir été trouvée avant le 26 juin 2020, célébration du 60ème anniversaire de l’indépendance de Madagascar, conformément à ce qui a été annoncé à l’issue de la première rencontre qui s’est tenue à Antananarivo, semble loin d’être acquise. Du moins pour le moment. Certainement, ce ne sera pas pour cette année non plus. En effet, à l’allure où vont les choses, la deuxième rencontre entre les parties Malagasy et française prévue se tenir aujourd’hui 2 novembre et demain 3 novembre à Paris n’aura finalement pas lieu. D’après les informations, ce sommet est reporté sine die. Un report décidé à la demande de la partie malgache, a-t-on laissé entendre. Selon une source informée, le gouvernement malgache aurait demandé l’ajournement de cette rencontre à cause du limogeage du ministre des Affaires Etrangères, Richard Randriamandrato qui a été démis de ses fonctions le 18 octobre dernier. Ce dernier était prévu diriger la délégation malgache lors de cette rencontre à Paris. Les observateurs se demandent alors si l’on estime du côté de l’Exécutif que le ministre de la Défense Nationale qui assure l’intérim au Ministère des Affaires Etrangères, n’est pas capable de diriger les négociations. On n’écarte pas non plus la possibilité pour le gouvernement malgache d’adopter une nouvelle stratégie en tenant compte de l’évolution du contexte géopolitique mondial dû à la guerre en Ukraine. 

Ministère de souveraineté

En tout cas, on peut affirmer que la vacance de poste du Ministre des Affaires Etrangères constitue un blocage au bon déroulement des négociations sur les Îles Eparses. Le MAE étant un Ministère de souveraineté, cette situation risquerait aussi de porter atteinte à l’efficacité de la Diplomatie Malagasy qui fait déjà face à de nombreuses difficultés à cause de l’inexistence d’ambassadeurs au niveau de plusieurs pays stratégiques, non seulement sur le plan diplomatique mais aussi économique. Bon nombre d’observateurs estiment ainsi que le président Andry Rajoelina devrait accélérer la nomination du successeur de Richard Randriamandrato au MAE. D’autant plus qu’à l’approche de l’échéance électorale de 2023, certains partisans du régime réclament un remaniement gouvernemental. Plus d’uns estiment que bon nombre des ministres actuels ne participent pas assez au combat politique et sont incapables de faire face aux défis des urnes. Mais la vraie question est aussi de savoir comment peut-on en être sûr que les nouveaux ministres qui vont être nommés seront réellement efficaces aussi bien pour la mise en œuvre des Velirano du président que pour les préparatifs électoraux ?

Davis R

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

1 COMMENTAIRE

  1. C’est cuit ! La France ne laissera que des miettes . Il faut demander maintenant à Poutine une aide militaire . Ce faux bond n ‘est pas élégant car l’absence d’un ministre titulaire aux affaires étrangères n’est pas un motif valable . Le PM actuel n’était-il pas intérimaire au poste en 2019 ?

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici