- Publicité -
vendredi 9 décembre 2022
DomicileEconomieRéhabilitation de la RN7 : Contrôle géotechnique permanent du LNTPB

Réhabilitation de la RN7 : Contrôle géotechnique permanent du LNTPB

Les travaux ne peuvent avancer sans la réception géotechnique par étape du LNTPB.

Le Laboratoire National des Travaux Publics et du Bâtiment (LNTPB) est un organisme rattaché au ministère en charge des Travaux publics qui a pour mission le contrôle de la qualité des infrastructures en construction ou en réhabilitation dans le pays. 

« Cette institution publique est le garant de la qualité géotechnique des travaux menés par les entreprises privées pour le compte de l’Etat. Parlant de la réhabilitation d’un tronçon de route se situant au PK 145 jusqu’au PK 165, soit environ 20 km sur la Route Nationale No 7 menant vers la ville d’Antsirabe, nous effectuons actuellement un contrôle géotechnique permanent des travaux effectués par l’entreprise Magic ». Le chef de laboratoire du LNTPB, Anja Ratsimamitaka, l’a évoqué hier à la presse. Et lui de rajouter qu’il s’agit notamment d’un contrôle de mise en œuvre des travaux et d’un contrôle de la qualité des matériaux de construction utilisés. Pour le cas de ce tronçon de route en cours de réhabilitation, entre autres, « nous avons déjà agréé les matériaux utilisés pour les couches de fondation. L’entrepreneur titulaire du marché n’est pas en mesure de procéder à une autre étape des travaux sans avoir demandé la réception géotechnique du LNTPB », selon toujours les explications de ce chef de laboratoire. 

Refaire les travaux

Et en cas de défaillance de l’entreprise chargée des travaux, « nous établissons un procès verbal afin de l’inciter à refaire les travaux en question. On a constaté entre autres, le non-respect de l’épaisseur des couches en enrobées des chaussées. L’entrepreneur a déjà apporté des rectifications, et ce, à sa propre charge. D’une manière générale, les travaux avancent bien jusqu’à présent », a-t-il enchaîné. En effet, le Laboratoire National des Travaux Publics et du Bâtiment effectue une auscultation des chaussées et des ouvrages d’art tout en réalisant des contrôles permanents des travaux, y compris les analyses des prélèvements des couches en laboratoire sur le chantier ou au siège à Antananarivo. « L’objectif consiste à assurer la pérennité et la durabilité des infrastructures réalisées surtout à l’approche de la période des pluies », a fait savoir Anja Ratsimamitaka. 

Taux d’avancement à 55%

De son côté, le directeur technique de l’entreprise Magic, Thierry, tient à préciser que les techniciens sur le chantier sont obligés de détruire une partie du tronçon pour pouvoir réhabiliter les chaussées, et ce, selon les normes et la qualité requises par le LNTPB. « Ce procédé technique est d’ailleurs sous le contrôle de ce laboratoire sous tutelle du ministère des Travaux publics. Pour l’heure, le taux d’avancement des travaux s’élève actuellement à 55%. Nous nous engageons à les achever le mois prochain », a-t-il annoncé. Quant aux commerçants de fruits et légumes, ils se plaignent que les travaux en cours sur le chantier créent des perturbations mais ils reconnaissent quand même que cette réhabilitation de la RN7 contribue au développement de leurs activités compte tenu de la fluidité de la circulation routière. 

Navalona R.      

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici