- Publicité -
dimanche 4 décembre 2022
DomicileÀ lireTaxis-motos à Tana : Les risques des  passagers non-couverts par les compagnies d’assurance 

Taxis-motos à Tana : Les risques des  passagers non-couverts par les compagnies d’assurance 

Les taxis-motos, un mal nécessaire ? L’utilisation des taxis-motos ne se fait pas sans risques.

L’utilisation des taxis-motos  se fait aux risques et aux périls de leurs passagers. A ce jour, les compagnies d’assurances ne se prononcent pas quant à leur implication en cas de sinistre. 

Autorisée mais non légale!

Voilà comment l’on pourrait définir cette activité qu’est le fait de transporter des passagers sur deux roues dans la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) . Au cours du mois d’octobre, le conseil municipal a permis aux taxis-motos de circuler librement. Toutefois, comme ces derniers adoptent un statut de véhicule de transport de passagers, le dilemme se situe dans le fait qu’il n’y aurait aucun texte en rapport avec cette activité, comme dans le cas des « taxibe » dans les zones urbaines et suburbaines. Ce manque de régulation serait à la base de nombreux questionnements et de soucis. Il a été noté que les compagnies d’assurances se déchargent de toute responsabilité en cas d’accident étant donné que cette activité de taxi-moto n’est généralement pas couverte par les polices d’assurance souscrites. Dans le cas d’un accident de la circulation routière impliquant un taxi-moto, qui serait responsable des dommages corporels subis par le passager ? Sachant que l’issue des accidents est souvent grave. La sécurité des passagers ne figure pas dans les priorités, puisque  si l’on n’évoque que le port de casque, cela est juste fait par peur des agents de la circulation routière, des amendes et contraventions et non par mesure de sécurité. « Aucune note n’a été communiquée en ce qui concerne les polices d’assurance. Pourtant, cela devrait être proposée aux acteurs des taxis-motos car même le côté légal de cette activité est encore sujet à débat. Sur le plan juridique, cela nécessite encore une étude approfondie », selon un responsable au sein d’une compagnie d’assurance. 

Sécurité

Si l’on devait parler de la sécurité en soi, bon nombre de personnes ayant déjà eu recours au service des taxis-motos se plaignent des malfrats qui exercent aussi cette activité et de petits larcins dont elles ont déjà été victimes. Or, la personne victime peut-elle avoir recours en justice pour qu’on lui retourne ses biens ? C’est une situation bien épineuse vu que la plupart des taxis-motos ne disposent même pas de plaques d’immatriculation pour qu’on puisse les identifier et savoir contre qui l’on devrait se plaindre. Qu’en est-il de la protection ? Devant tous ces doutes et craintes, les conducteurs de taxi-moto affirment qu’en tant que service de transport de personnes, ils mettent déjà en avant des mesures pour assurer la sécurité de leurs passagers. Parmi ces dispositions, on peut noter le port de gilet et de badge. En cas d’accident corporel, ils s’engagent à ce que leurs passagers soient amenés aux hôpitaux et participent aux soins.D’ailleurs, les réglementations en vigueur qui s’appliqueraient dans ce genre de circonstances ne sont pas encore claires ni portées à la connaissance des parties concernées.« Nous ne le prenons pas à la légère, le port de casque est nécessaire pour assurer la sécurité des passagers et nous exigeons bien cela. Il est bien vrai que nous ne sommes pas couverts par des polices d’assurance, par contre il est de notre devoir de prendre en charge les soins du passager en cas d’accident au cours de notre service. En ce moment, nous attendons encore la mise en place des réglementations concernant les taxis-motos de la part de la préfecture et de la commune», argue à son tour le coordonnateur national des associations des  taxis-motos, Tsiritiana. 

Narindra Rakotobe 

Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici