- Publicité -
mardi 29 novembre 2022
DomicileCultureTendance et mode : La catégorie poids lourd intéresse les agences de mannequinat

Tendance et mode : La catégorie poids lourd intéresse les agences de mannequinat

Femmes rondes, hommes dodus sont recherchés de nos jours, tout simplement parce qu´ils possèdent des « corps réalistes » ! Si auparavant, les photographes et les agences de mannequinat exigaient des corps assez fins, ce temps s’avère révolu. 

Oui, ils ont été victimes d´injures. Les receveurs de bus de la capitale et les chauffeurs de tuk-tuk des régions hésitent à les prendre dans leurs véhicules car ils prennent de la place. Pire, on les oblige à payer deux fois plus. La discrimination pondérale existe au pays du fihavanana. Et dire que la taille ne compte pas ! Toutefois, ces temps-ci, la situation est contraire. Tout n’est pas définitif. Les enveloppés sont sollicités à se présenter devant les producteurs de cinéma. Le septième art était le premier à procéder à la sélection des personnages de grande taille pour garnir ses plateaux. La corpulence embrasse le monde de la mode. Ainsi, les pondérants prennent confiance. Cette idée naît vers la deuxième moitié des années 2010. Des annonces destinées aux femmes rondes ont été lancées sur les réseaux sociaux dans le but de prouver que les personnes aux corps généreux ne sont pas mises à l’écart. Effectivement, ravies, bon nombre de femmes s’assument et répondent à l’appel. Dès lors, elles font l’objet de convoitise. Au fil du temps, des événements sont consacrés aux costaudes. Les miss rondes et miss «bôtra» font trembler les podiums. Le match de boxe n’est plus le seul à exposer la catégorie poids lourd, la parade des mannequins les accueille à bras ouverts. Au début, des idées convergent, certains regardent d’un mauvais œil les mannequins. « Ce n’est que passager. Ces femmes se font exploiter. On les encourage à défiler… mais tout le monde sait que ce genre de corps est la conséquence de la nourriture malsaine », fustige une passionnée de la mode. Cependant, d’autres ne partagent pas cette vision qualifiée étroite. « Avant, ces belles femmes se cachaient, maintenant, grâce à cette considération, elles parviennent à comprendre que leur morphologie n’est pas un handicap. Ce n’est pas une faiblesse, au contraire, c’est un encouragement… Voilà ! », se confie Rémi Rahery, un activiste. Faut-il rappeler que la rondeur était la tendance au moyen-âge ! Apparemment, l’histoire a interpellé les créateurs malgaches. En outre, la manière de voir les choses a évolué. Sous un autre angle, c’est culturel. En général, en Afrique, la maigritude est synonyme d’anorexie. Bien entendu, dans les régions de Madagascar, avoir pris du poids est un signe de réussite. Une opinion erronée, car les riches n’ont pas forcément une panse volumineuse. Le stress et la boulimie n’atteignent pas forcément la haute société. En somme, le surpoids n’empêche guère de développer, d’exprimer au mieux toutes les possibilités ou d’agir en toute liberté. 

Iss Heridiny 

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici