- Publicité -
lundi 5 décembre 2022
- Publicité -
DomicileSociétéConjoncture : La hausse des salaires non-effective dans les écoles privées 

Conjoncture : La hausse des salaires non-effective dans les écoles privées 

La hausse des salaires dans les écoles privées s’applique avec les moyens du bord.

Bien que le décret d’application fixant le salaire minimum pour le secteur privé soit promulgué depuis le 21 juillet 2022, de nombreuses écoles se trouvent encore dans l’impossibilité de l’appliquer. L’article premier de ce décret stipule que le salaire minima mensuel payé aux salariés du secteur privé à Madagascar est fixé à 250 000 ariary contre 200 000 ariary auparavant. Le salaire brut est calculé pour 40 heures de travail par semaine ou 171,33 heures par mois, cependant, le volume horaire de travail dans les écoles privées est de 128 heures par mois. « Nous sommes donc dans l’impossibilité d’appliquer cette augmentation tout en sachant que dans certaines écoles, les frais d’écolage sont de 10 000 ariary par élève alors que dans un établissement, il se pourrait qu’il n’y ait que dix ou quinze élèves par classe. La hausse des salaires s’effectue ainsi en fonction du contrat du responsable de l’établissement avec les enseignants, selon les moyens du bord », explique le porte-parole de la plateforme de la direction nationale de l’enseignement privé, Célin Rakotomalala. 

Narindra Rakotobe

Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici