- Publicité -
mardi 6 décembre 2022
- Publicité -
DomicileSociétéDéforestation : 734 points de feu le 14 novembre dernier

Déforestation : 734 points de feu le 14 novembre dernier

Les feux de brousse et les feux de forêts continuent de consumer la Grande île. Une problématique qui semble loin d’être résolue. 

Les photos des feux de brousse et de forêts observées dans les régions du pays continuent d’inonder les réseaux sociaux. Des faits qui portent atteinte à l’image de la Grande île qui est pourtant connue pour sa richesse en biodiversité. Les données recueillies auprès du ministère de l’Environnement et du Développement durable font savoir que le pays a enregistré 734 points de feux répartis dans tout son territoire. Un chiffre qui semble avoir diminué par rapport aux données enregistrées il y a de cela deux jours. En effet, Madagascar a enregistré 2 102 points de feux le 12 novembre dernier. Soit 894 points de feux de plus que ceux enregistrés le 14 de ce mois. Le 13 novembre, quant à lui, a enregistré 1 628 points de feux dans tout Madagascar. Si la météo des feux est là pour donner les données relatives au nombre de ces fléaux, les solutions concrètes et concertées pour y faire face, outre les actions de sensibilisation et de communication sur le danger que les feux représentent aussi bien pour la population que pour la biodiversité, se font attendre. Ce qui n’est pas le cas des pertes en matière de faune et de flore. 

Conséquences

Si les feux de brousse sont une chose, les méfaits sur la santé publique en sont une autre. Les feux de forêts et de brousse constitueraient une des causes de la résurgence de la peste dans les districts du pays. La perte des espèces qui contribuent à équilibrer l’écosystème entraîne également la prolifération de maladies. À en croire le Dr Manitra Rakotoarivony, directeur de la promotion de la santé auprès du ministère de la Santé publique, « les feux de brousse détectés partout dans les régions détruisent les environnements naturels des faunes comme les rats des champs. Ces derniers s’enfuient ensuite dans les villages, villes et communes du pays. Ce qui est l’une des causes de la prolifération de la peste dans le pays ». Par ailleurs, « le ministère de la Santé publique surveille actuellement de près une quinzaine de districts répartis du Nord au Sud du pays ». 

José Belalahy

Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici