- Publicité -
vendredi 2 décembre 2022
DomicilePolitiqueClasse dirigeante : Des élus en pleine crise de moralité

Classe dirigeante : Des élus en pleine crise de moralité

La Chambre Basse devient un refuge pour des élus qui se croient au-dessus de la loi.

Scandale sur scandale, la classe dirigeante actuelle ne cesse de faire parler d’elle.

Une société qui part à la dérive. Les mots sont forts mais il s’agit bien de cela. Et les comportements des hauts responsables et des élus de ces derniers temps en sont des parfaites illustrations. En effet, il ne se passe pas de mois sans qu’il ait des dérives et des comportements scandaleux de la part de cette classe dirigeante. La dernière en date est celle du sénateur Raymond Rasolondratsimba, élu dans la province de Fianarantsoa. « Le principe selon lequel personne n’est au-dessus des lois ne tient plus », se désole Ursule Miora, éducateur, en faisant un amer constat sur la situation qui prévaut dans le pays et ses éventuels impacts.

Moralité

Détournement de denier public, usurpation de fonction, faux et usage de faux, vols de zébus ou encore abus de pouvoir, l’opinion public a tout vu avec cette classe dirigeante. Et les principaux responsables restent impunis. « Il s’agit d’une crise de moralité. Le pire c’est que ce sont des élus qui devraient être des modèles qui les perpétuent », continue l’éducateur. En tout cas, la Chambre Basse devient un refuge pour des élus qui se croient au-dessus de la loi. Pas plutard que ce mois d’octobre, le député de Betroka, Nicolas Randrianasolo, a accusé publiquement le député de, Jean Daniel, dit Manjosoa, d’être un « dahalo ».

Risques

« La population se sent impuissante et se résigne face à cette situation délétère parce que les élus se conduisent comme des intouchables », continue-t-il. En effet, malgré que son nom soit cité, à tort ou à raison, dans une affaire d’usurpation de fonction et de trafic de palissandre, Lanto Rakotomanga s’affiche fièrement sur le perchoir de l’Assemblée nationale en jouant son rôle de premier questeur. « Il s’agit d’un cercle vicieux parce que c’est nous qui les avons choisi », note-t-il. Ce qui sous-entend que les Malgaches ont bien les dirigeants qu’ils méritent. « Le risque d’une explosion sociale est à craindre car ce comportement devient une tendance pour ces élus », signale Ursule Miora.

Mesures

Faut-il souligner également que des élus et des responsables de différentes catégories font la Une des actualités durant ces derniers temps. Faut-il rappeler qu’une affaire d’attouchement envers des volontaires françaises a poussé le Conseil des ministres à limoger le Gouverneur de la Région Alaotra-Mangoro, Richard Ramandehamanana le 31 août dernier. Et ce week-end, une vidéo illustrant Raymond Rasolondratsimba qui donne un coup de poing à un chauffeur de Taxi-be après une collision. Outre ces scandales, des élus sont également cités dans des affaires de trafic d’or alors que la série de kidnapping qui a traumatisé Antananarivo et celui des albinos reste présent dans tous les esprits. « Ce sont les élus qui devraient prendre des mesures et se dresser comme modèles », termine-t-il. En attendant, la société se trouve en pleine crise de moralité et la classe dirigeante actuelle en est pour quelque chose.

Julien R.

Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

3 COMMENTAIRES

  1. Deux formes de CLASSES à distinguer.
    La Classe Dirigeante et la CLASSE tout court.
    A priori, deux catalogues à deux modes plutôt à l’opposé.
    Si la CLASSE se caractérise par son attitude humaniste et innée ;
    La Classe Dirigeante se fait remarquer par les clashs de toute sorte.
    LEVEL! LEVEL ! LEVEL !

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici