- Publicité -
mardi 7 février 2023
DomicileEconomieLoi de finances initiale 2023 : Votée sans amendement par les députés

Loi de finances initiale 2023 : Votée sans amendement par les députés

La LFI a passé la première étape de l’examen parlementaire

Le projet de loi de finances initiale (PLFI) 2023 passe le premier examen parlementaire. L’Assemblée nationale l’a voté hier, sans amendement. Une adoption presque à l’unanimité puisque sur les 95 suffrages exprimés, 93 ont voté pour et deux, contre. 

Une étape de plus de franchie donc pour la ministre de l’Economie et des Finances Rindra Hasimbelo Rabarinirinarison  qui a rappelé, hier les grandes lignes de la LFI 2023  tournée autour de la réalisation de la politique générale de l’Etat, basée essentiellement sur les 13 Velirano du président de la République. 

Défi du développement

On rappelle que la LFI 2023 table sur un taux de croissance de 4,9%. Durant une rencontre avec la  presse, à l’issue de la séance plénière de vote de la LFI, Rindra Hasimbelo Rabarinirinarison a rappelé que le gouvernement, à travers cette loi de finances, relève  le défi du développement économique. Elle a notamment mentionné les dispositions prises dans le cadre de la LFI pour la promotion des investissements touristiques et le développement de l’industrie. Sur ce point, d’ailleurs la LFI  parle de nombreux investissements  publics et privés qui débuteront ou s’achèveront en 2023  pour  soutenir la croissance économique. « Ces projets concernent à la fois les secteurs productifs et les secteurs sociaux. Les projets d’aménagement et d’irrigation des périmètres agricoles devraient augmenter la capacité de production agricole, notamment le riz avec une hausse attendue de la production de 10%. La poursuite des actions d’industrialisation à travers la mise en place d’unités sucrières, et de cimenterie ou encore, la  création d’une zone d’émergence industrielle  qui  permettrait de réduire la dépendance à l’importation. Enfin, la construction et la réhabilitation des infrastructures de transport et de communication, ainsi que le développement de l’offre d’énergie instaurerait un environnement plus favorable aux investissements privés. Pour les mines particulièrement, le nouveau Code minier devrait être mis en vigueur et permettrait de soutenir un regain d’activités en 2023 et d’attirer de nouveaux investissements sur le moyen terme ».

Evolution positive

Les objectifs fixés dans la LFI 2023 témoignent en tout cas de l’évolution positive des investissements à Madagascar. En effet, pour l’année 2022, le niveau des investissements devrait atteindre 21% du PIB, dont 9,1% du PIB d’investissements publics et 11,9% du PIB d’investissements privés, ils sont appelés à connaître une tendance à la  hausse à partir de 2023.  « Avec l’intensification des efforts pour la mise en œuvre du Plan Emergence Madagascar, les investissements devraient connaître une croissance significative à partir de 2023. Cette hausse des investissements concerne à la fois le secteur public et le secteur privé. Ainsi, pour 2023, le taux d’investissement global devrait être de 25,3% du PIB. Les investissements publics augmenteraient jusqu’à 12,2% du PIB et ceux du secteur privé atteindraient à 13,1% du PIB, portés notamment par les investissements directs étrangers. À moyen terme, les investissements devraient augmenter à un rythme soutenu pour atteindre 30,2% du PIB en 2025, dont 13% du PIB pour le secteur public et 17,1% du PIB pour le secteur privé »

R.Edmond

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

2 COMMENTAIRES

  1. normal sans amendements , ils n’y comprennent rien en finances publiques ces députés…..déjà qu’ils ne comprennent pas le rôle d’un député !
    seul la gestion du portefeuille personnelle les importe

  2. @jean Ravalo

    95/151 , c’est-à-dire 6 présents ou représentés sur 10 …inscrits et payés de toute manière : très mauvaise classe .
    Au-delà, on voit bien que les députés n’ont rien à faire de la marche bonne ou mauvaise des affaires publiques .
    Peut-être n’ont-ils pas tort : conscients du carnaval dans lequel ils sont conviés à danser , ils font au plus pressé , faire un maximum d’argent , sachant bien que cela ne va durer éternellement. C’est très compréhensible.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici