- Publicité -
vendredi 27 janvier 2023
DomicilePolitiqueMohamad Ahmad : « La population locale devrait jouir des richesses minières »

Mohamad Ahmad : « La population locale devrait jouir des richesses minières »

Mohamad Ahmad, député de Fénérive-Est, se veut être le défenseur des secteurs prenants dans l’exploitation et exportation des ressources minières.

Le député élu à Fénérive-Est, et non moins président de la commission mines et ressources stratégiques à l’Assemblée nationale, Mohamad Ahmad,  continue de montrer son intérêt quant à l’élaboration du niveau code minier. Dans cette perspective, il s’est exprimé hier durant un point de presse qu’il a donné à Tsimbazaza par rapport au vote du prochain nouveau projet de code minier à l’Assemblée nationale. Le député de Fénérive-Est, très explicite dans ses interventions, a souligné qu’il faut prendre conscience de l’importance de la taxe que la douane veut imposer aux produits miniers. « J’ai reçu des doléances de la part des tous les secteurs prenants dans l’exploitation des ressources minières et stratégiques à Madagascar que les droits et taxes, les droits de sortie qui sont imposés par la douane ne sont pas appropriés par rapport au contexte actuel, vu l’arrêt d’exploitation et surtout d’exportation des produits miniers mais aussi la non-attribution des permis miniers », a-t-il indiqué tout en soulignant qu’on a besoin d’un processus préalable avant de faire l’application de ce droit de sortie que la douane est en train d’imposer.   

En pleine période de session, le moment est idéal pour se faire entendre. Le président de la commission mines et ressources stratégiques ne s’attend pas à rester à l’écart du débat sur cette question. « En étant membre de la commission de finances j’ai assisté aux travaux de commission pendant trois jours. Malheureusement j’étais seul pour défendre la voix du peuple surtout la voix des parties prenantes qui exploitent les ressources minières à Madagascar », a-t-il poursuivi. Et de continuer que « par rapport au maintien de ce droit de sortie, il s’est opposé fermement depuis les travaux de commission jusqu’aux séances plénières de l’application de ce droit ». Le député a jugé que cette nouvelle législation n’est pas bénéfique pour la population locale mais surtout pour les secteurs prenants dans ce secteur. 

Julien R.

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

2 COMMENTAIRES

  1. Mondialisation oblige…

    Madagascar croit à tort que le monde ne l’observe pas . Les tenants du pouvoir pensent à tort qu’ils ont la science – « diffuse » – parce qu’ils ont le pouvoir [momentané] de s’enrichir à [mauvais] compte c’est-à-dire sur le dos courbé à ras de terre de la grande masse de la population . Ils ont tort !
    Dans le brouhaha des [dépités # députés] impatients de faire fructifier leurs affaires privées-publiques , trop peu de voix s’égosillent à dire des évidences sentencielles :  » [la population] locale devrait (doit) jouir des richesses minières » . C’est le propos du Pr Marcellin Jean-Desiré , président du Comité Interrégional des Mines de l’Atsimo Andrefana , qui regrette que  » le développement de l’Atsimo Andrefana est freiné pour des raisons d!ordre politique » , c’est-à-dire par les politiciens eux-mêmes, préoccupés par les agios , ristournes et commissions occultes à soutirer à l’occasion . C’est le propos du professeur Théodore Razakamanana disant sur l’exploitation des ressources minières « il faut avant tout de la volonté politique » , manière de dire soit qu’il n’y a pas de volonté politique pour , soit qu’il y a bien une volonté politique de tout faire pour empêcher ce développement.
    Même regret de la part d’un tenant du régime , le directeur du DID (directeur des infrastructures et du développement) , Heriarivelo Risite , disant « l’Atsimo Andrefana , la région la plus pauvre de Madagascar , le taux de chômage le plus élevé avec 64% de jeunes dont 80% sans travail décent » , un terrain propice aux projets de développement et aux investissements » .
    Alors quand on voit, à regret , que les députés , représentants du peuple , votent sans amendement aucun le PLF 2023 – (le budget 2023) , c’est-à-dire, entre autres , une prévision à hauteur de plus de 9 % des engagements de l’État (Mines – 9, 41 % , Tourisme – 9, 18 % , fonction publique 46 x% de postes en moins …) , on se dit que , en haut lieu , ils ont ont reçu des ordres et des promesses cachées …pour tuer Madagascar et les Malagasy avec.
    Et les voix des personnes et personnalités citées…des voix d’outre-tombe.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici