- Publicité -
mardi 7 février 2023
DomicileEconomieCrise économique à Madagascar : Un niveau record de pauvreté évoqué par la...

Crise économique à Madagascar : Un niveau record de pauvreté évoqué par la Banque mondiale

Plusieurs questions fondamentales seront abordées par la vice-présidente régionale pour l’Afrique de l’Est et australe de la Banque mondiale, Victoria Kwakwa, durant ses rencontres avec les dirigeants à Madagascar. Hier, elle a déjà rencontré les membres du Gouvernement dirigé par le Premier ministre Christian Ntsay. Dès son arrivée dans la Grande-île, cette vice-présidente de l’institution de Bretton Woods a évoqué dans notre édition d’hier, des difficultés économiques générées, entre autres, par la pandémie et par la guerre en Ukraine. D’après ses propos, la récession économique de Madagascar est trois fois plus profonde que dans le reste de la région de l’Afrique subsaharienne. « … un effondrement des recettes d’exportation et des investissements privés entraînant une contraction du PIB de 7,1% et du revenu par habitant de 9,8%. En conséquence, on estime que 2,4 millions de personnes supplémentaires sont passées sous le seuil de pauvreté internationale en 2020, ce qui porte le taux de pauvreté à un niveau record de 81,9% », a-t-elle indiqué. 

Appropriation indispensable

Concernant les impacts de la guerre en Ukraine, la vice-présidente Victoria Kwakwa a expliqué que la détérioration des perspectives de l’Union européenne qui absorbe plus d’un tiers des exportations de Madagascar réduit sensiblement la croissance du pays. En outre, la hausse des prix des produits pétroliers contribuera à creuser le déficit commercial, car la consommation des produits pétroliers raffinés représentent 5,1% du PIB. Néanmoins, elle a noté que Madagascar peut trouver une voie pour sortir du piège de la pauvreté, en s’appuyant sur sa riche diversité et ses avantages comparatifs, notamment « une main d’œuvre de qualité, des ressources naturelles uniques, le positionnement d’un certain nombre de produits sur le marché haut de gamme, et une connexion Internet rapide ». Cependant, les progrès ne seront possibles que si l’appropriation politique de ce changement est renforcée, et si le sort des populations pauvres et vulnérables est placé au centre du débat politique… Bref, la vice-présidente régionale de la Banque mondiale met en exergue la responsabilité des dirigeants qui peuvent prendre les décisions adéquates pour sortir le pays de cette profonde crise.

Antsa R.

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

4 COMMENTAIRES

  1. De l’hypocrisie…à haute intensité !
    Sinon comment justifier ces milliards de dollars et d’euros donnés sans condition et contrôle de bonne utilisation , ni de résultat .
    Tous complices !!!

  2. Avec toutes ces frayeurs qui sont servies comme des plats indigestes au quotidien, n’est-il pas temps de comprendre que l’investissement le plus rentable au monde est d’investir sur soi-même ???

  3. @Douglas ,

    Salut .
    On vous fait toute confiance sur la rentabilité de votre investissement sur vous-même.
    Et vous nous direz le secret de votre stratégie d’investissement et de retour sur investissement propre…dans une île dans laquelle les infrastructures (Aménagement du territoire) datant de l’ère coloniales disparaissent faute d’investissement (justement) d’entretien , de rénovation , d’amélioration …de constructions nouvelles (RN 13 – [Ah ! la fameuse rn13 !!] , la RN2…et toutes les autres redevenues à l’état de pistes) .
    Vous nous direz cela , n’est-ce pas !??

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici