- Publicité -
mardi 7 février 2023
DomicileEconomiePremière édition de la FIEPA : Exposition d’animaux importés d’Allemagne et de...

Première édition de la FIEPA : Exposition d’animaux importés d’Allemagne et de France

Une forte affluence de visiteurs a été observée lors de l’ouverture officielle de la première édition de la FIEPA (Foire Internationale de l’Elevage et de la Production Animale), hier, au stade de Barea à Mahamasina. « De nombreux animaux d’élevage provenant d’Allemagne et de France y sont exposés. Il s’agit entre autres, des lapins de race Géant des Flandres ainsi que des poulets de race Sussex reconnus par sa qualité », a révélé le PCA de Malagasy Professionnels de l’Elevage, Rabearivelo Andriamananarivo, lors de l’ouverture de cette manifestation économique hier.

Races performantes

Les vaches laitières importées récemment de France, y sont également exposées. Il est à noter que plus de 110 exposants érigent en tout 185 stands dans le cadre de cette FIEPA. Toutes les chaînes de valeur des différentes filières d’élevage, en amont jusqu’en aval, y sont également représentées. Outre la présentation des animaux de races importées, ainsi que des animaux d’ornementation, les animaux d’élevage de races performantes d’origine locale y sont en même temps mis en valeur. On peut citer, entre autres, les zébus sauvages faisant la réputation de Madagascar et qui ont été domestiqués comme le « Renitelo » provenant de Tsiroanomandidy, le « Brahman » au Nord et le « Bekilote » de Tsihombe atteignant un poids vif de 850kg.

Rôle important

Par ailleurs, « de nouvelles technologies innovantes contribuant au développement de l’élevage y sont présentées. À titre d’illustration, des balles de foin et du foin ensilage sont disponibles pour les éleveurs ne disposant pas de terrains pour la culture de fourrage. De nouveaux produits phytosanitaires et vétérinaires permettant de lutter contre les maladies affectant les cheptels y sont également exposés. Nous visons les jeunes et les futurs entrepreneurs pour qu’ils se lancent dans l’élevage étant donné que ce secteur joue un rôle important dans le développement économique de Madagascar », a fait savoir le PCA de MPE.

Nouveaux investissements

Il est à rappeler que cette Foire Internationale de l’Elevage et de la Production Animale dans sa première édition a été co-organisée par le MPE et le ministère de l’Agriculture et de l’Elevage. Le thème est axé sur le « Secteur élevage, fer de lance de l’agribusiness à Madagascar ». « Notre objectif est d’impulser de nouveaux investissements dans ce secteur porteur en vue de contribuer à l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire à Madagascar », a conclu le ministre de tutelle, Harifidy Ramilison, lors de l’ouverture de cette manifestation économique.

Navalona R.

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

1 COMMENTAIRE

  1. L’excellence…dans la médiocrité …

    Une parodie d’adage laisse entendre que « l’agriculture est une chose trop sérieuse pour en laisser la gestion aux seuls agriculteurs » . De mon point de vue , c’est encore pire de compter sur les politiques politiciens malagasy pour faire les arbitrages raisonnés et raisonnables en cette matière. En effet , s’agissant d’importation de génétique animale améliorée et performante (résistance aux maladies – croissance , poids et rendement moyens à l’abattage – prolificité – âge et maturité sexuelle – adaptabilité environnementale – qualités organoleptiques…) , …
    1 – l’Île de La Réunion , en raison de son avance , expérience et performativité …surclasse l’Europe .
    Bon ! Mais les déplacements seraient trop courts , les hôtels pas assez prestigieux , les galeries marchandes non parisiennes ni berlinoises…
    2 – En terme de productivité tous aspects confondus , un cuniliculteur (éleveur de lapins en semi-intensif càd en cages hors-sol) préférera des [races moyennes] (Néo-Zélandais , Californien , Fauve de Bourgogne…) , très nettement plus performantes et rentables …aux races dites « géantes » , plus adaptées aux expositions-compétitions entre éleveurs amateurs et aux croisements en vue d’obtenir des races moyennes .
    Nul besoin de rajouter mon avis sur les indispensables : provende adaptée aux résultats escomptés – eau de boisson sans germes et/ou pesticide – ventilation – hygiène – circuit de valorisation (abattage – conservation – conditionnement – transport – distribution…) et non des moindres : indispensable soutien de l’Etat à la profession .
    les responsables malagasy (politiques -politiciens – experts ingénieurs techniciens …) semblent avoir choisi leur camp …entre excellente et médiocrité .

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici