- Publicité -
mardi 31 janvier 2023
DomicileSociétéCheneso - Le bilan s’alourdit : 15 portés disparus, 8 décès et 46...

ChenesoLe bilan s’alourdit : 15 portés disparus, 8 décès et 46 394 sinistrés

Les fortes pluies seront encore au rendez-vous.

75 sites d’hébergement provisoires sont actuellement mis en place afin de prendre en charge les foyers sinistrés et déplacés suite au passage de la Forte Tempête Tropicale Cheneso dans la Grande île.

« Les fortes précipitations et les inondations sont toujours d’actualité pour les régions Sofia, Boeny, Melaky, Menabe, Vatovavy et Fitovinany…Des mesures sont également nécessaires pour limiter les risques de propagation des maladies liées à l’eau et vectorielles ». Telle a été la recommandation émise par le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes dans le rapport relatant le bilan provisoire du passage de Cheneso, hier à 16h30 locales. Ce que les prévisions météorologiques publiées par la Direction générale de la météo ont confirmé en alertant sur des précipitations allant jusqu’à 100 mm en 24 heures pour les régions du Centre Ouest tandis que cela devrait être stationnaire (30 à 60 mm en 24 heures) pour les districts d’Analalava, Antsohihy et Atsimo-Atsinanana. Par ailleurs, les remontées d’informations des zones sinistrées et impactées par la forte tempête tropicale font savoir que le pays déplore actuellement huit pertes humaines. Le nombre de personnes portées disparues étant passées à quinze si celui des sinistrés a dépassé la barre des 46 000, plus précisément 46 394. Des ménages déplacés au nombre de 20 603 abritent, de façon provisoire, 75 sites éparpillés dans les régions les plus touchées.

Cheneso est encore dans le Canal de Mozambique et a gagné en puissance.

Interpellation. Le document partagé par le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes interpelle également sur plusieurs points. Entre autres, sur la mise en place d’un mécanisme de suivi des prix des PPN (Produits de Première Nécessité) dans les zones impactées par le passage de la catastrophe naturelle et à fort risque d’inondation. Le BNGRC recommande de limiter les éventuels dérapages perpétrés par les profiteurs. Toujours dans ce cadre, le rétablissement des routes nationales numéro 4 et 25 et d’autres routes coupées est nécessaire pour éviter les éventuelles pénuries de PPN ainsi que l’augmentation des prix dans les zones rendues inaccessibles par la montée des eaux et l’inondation. Enfin, le BNGRC n’a pas manqué d’alerter sur la situation du Sud du pays. « Les zones en IPC 3 du Grand Sud Est méritent une attention particulière. Les voies d’accès présentent des coupures et peuvent empêcher le déroulement des activités humanitaires en cours et/ou projetées », conclut cet organisme.

José Belalahy

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici