- Publicité SW45 -
dimanche, juin 16, 2024
- Publicité -
AccueilSociétéMETFP : Les NTIC au service de l’enseignement technique

METFP : Les NTIC au service de l’enseignement technique

Les participants fortement intéressés par cette formation sur l’utilisation du tableau numérique interactif. (Photo Yvon)
Les participants fortement intéressés par cette formation sur l’utilisation du tableau numérique interactif. (Photo Yvon)

La formation de formateurs quant à l’utilisation des tableaux numériques interactifs dans le cadre du projet Sankore a débuté hier au LTP Alarobia, officiellement lancée par le ministre de l’Enseignement technique Ndremanjary Jean André.

Ils étaient près d’une centaine, venus des quatre coins de Madagascar, à avoir répondu présents pour la formation des formateurs dispensée par le ministère de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle. Une bonne centaine d’enseignants techniques des lycées techniques et des centres de formation professionnelle assoiffés de connaissances et des avantages des nouvelles technologies, car la formation consiste à mieux maîtriser l’utilisation du tableau numérique interactif, dans le cadre du projet Sankore. La formation se tient donc jusqu’à ce jour au Lycée technique et professionnel Alarobia. De quoi préparer ces enseignants face à cette grande évolution technique et technologique, surtout lorsqu’on sait que ces tableaux numériques sont déjà répandus dans tous les lycées techniques de l’île.

Défi. « Ce tableau numérique est un grand avantage pour nous, enseignants, car il nous permet d’être mieux en phase avec notre époque, et de numériser nos préparations, ainsi de gagner du temps. Mais en plus, l’utilisation de ce tableau numérique tourne la page de l’utilisation de la craie » explique l’une des participantes à cette formation. L’utilisation de ce tableau numérique est donc bienvenue dans le secteur de l’enseignement, même si certains élèves n’arrivent pas encore à vraiment suivre ces cours sur ce nouveau support. Mais le défi reste tout de même de taille, dans un pays comme Madagascar, où la disponibilité de l’énergie électrique est un problème en soi. Interrogé sur ce sujet, le ministre de l’Enseignement technique, Ndremanjary Jean André, affirme que « les cours s’arrêteront un peu si le courant est coupé ». Mais le problème est de fond et de taille, car dans plusieurs régions de Madagascar, la Jirama ne fournit de l’électricité que quelques heures par jour, et les délestages sont des situations trop courantes. D’ailleurs, deux des participants à la formation viennent de localités où il n’y a pas d’électricité.

L’introduction des nouvelles technologies dans la pédagogie est une initiative louable. Mais l’Etat devrait accompagner cet effort, notamment par la fourniture d’énergie électrique convenable dans toutes les régions et dans toutes les localités de l’île, pour ne pas rendre cet effort vain.

Anjara Rasoanaivo

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
276,361FansJ'aime
4,243SuiveursSuivre
611AbonnésS'abonner
Articles qui pourraient vous intéresser