- Publicité SW45 -
lundi, mai 20, 2024
- Publicité -
AccueilSociétéNettoyage des canaux de la ville d’Antananarivo : La plupart des matières...

Nettoyage des canaux de la ville d’Antananarivo : La plupart des matières en suspens enlevées

Malgré tout, quelques déchets flottants ont été quand même constatés sur certains canaux.
Malgré tout, quelques déchets flottants ont été quand même constatés sur certains canaux.

Le projet d’actions d’urgence de maintenance des infrastructures du système de drainage et de curage des canaux de la ville d’Antananarivo semble être sur la bonne voie. Selon les explications de Philippe Rateloson, Directeur Général de l’Autorité pour la Protection contre les Inondations de la Plaine d’Antananarivo  (APIPA), la première phase de ce projet qui consiste à enlever toutes les matières en suspension sur tous les principaux canaux (jacinthes d’eau, déchets flottants,…), est actuellement sur le point d’être achevée. C’est effectivement l’équivalent de 43 000 m3 de déchets. Les tâches sont principalement départagées par deux agences de maintenance pour les travaux de nettoyage et de curage proprement dits, notamment l’APIPA pour 50 km de canaux (canal d’Andriantany, canal C3, et le canal GR), et le Service Autonome de Maintenance de la ville d’Antananarivo (SAMVA). Ces dernières sont aidées de près par l’Ong Lalana qui s’occupe de la sensibilisation des écoles et fokontany longeant principalement ces canaux. Ainsi, l’on sait que l’avancement des travaux est de 31% pour les deux agences, durant cette première phase.

Appels d’offre lancés. Ainsi, selon toujours les explications, la 2e phase de ce projet sera mise en œuvre d’ici à un mois. Il s’agit effectivement du curage à fond de ces canaux de drainage (enlèvement de tous les sédiments au fond des canaux), en faisant appel à des entreprises disposées d’engins mécaniques adéquats. «Ce projet s’étale sur 8 mois. La première phase a duré 3 mois, donc il nous  reste cinq mois pour la deuxième phase. Ce qui nous laisse le temps de finir à temps le curage à fond qui débutera après un mois, étant donné que les appels d’offre ont été déjà lancés », rajoute le DG de l’APIPA. A noter que ce projet a été financé à hauteur de 3,3 milliards d’Ar par l’Union européenne, dont 1,8 milliard d’Ar pour l’APIPA, 1,2 milliard d’Ar pour le SAMVA, et 341 millions d’Ar pour l’Ong Làlana. Une délégation composée des représentants de ces derniers a effectué des visites dans plusieurs endroits de Tana hier, pour constater l’avancement des travaux.

Arnaud R.

- Publicité -
Suivez nous
276,361FansJ'aime
4,243SuiveursSuivre
611AbonnésS'abonner
Articles qui pourraient vous intéresser