DERNIERS ARTICLES

Revue MCI : La propriété industrielle à l’honneur 

L’équipe rédactionnelle de la Revue MCU est constituée de juristes de renom

Fidèle à sa mission de promotion du droit, la Revue MCI vient de publier en ce mois de juin les actes des colloques relatifs à la « Journée du Droit avec MCI » (14 octobre 2021), un évènement sur les thèmes « Propriété industrielle et lutte contre la contrefaçon » et « Juridi’Kafe : Droit et Livres autour d’une tasse de café » ayant rassemblé les représentants des secteurs publics et privés ainsi que des grands noms du droit.  La première partie de la revue est consacrée au colloque « Propriété industrielle et lutte contre la contrefaçon » organisé en collaboration avec l’OMAPI. Ainsi, cette partie regroupe des articles (en français et en malgache) retranscrivant les interventions orales des principaux acteurs du secteur tels que l’OMAPI, les Douanes, les professionnels du droit (juge, mandataires et avocats) et les entreprises.  Dédiée au colloque « Juridi’Kafe », la deuxième partie de la revue retranscrit la présentation des ouvrages juridiques publiés par des juristes de renom comme le Pr. Alisaona Raharinarivonirina, le Pr. Njara Ernest, Honoré Rakotomanana, Nelly Rakotobe, Iony Randrianirina, Léon Dola Randrianasolo, Anaclet Imbiki et Raphaël Jakoba.

Recueillis par R.Edmond.

Jubilé des 50 ans du commissariat central de Tsaralalàna : Les 17 anciens commissaires centraux à l’honneur durant sa clôture

Inauguration de la stèle commémorative du jubilé par le ministre de la Sécurité publique (à dr).

Le commissariat central de Tsaralalàna était en liesse, hier. Le ministre de la Sécurité publique s’est rendu sur place pour clôturer la célébration du jubilé des 50 ans de la création de cette unité de la sécurité publique de la ville d’Antananarivo. Lancée le 1er avril de l’année dernière pour être célébrée pendant un an, cette célébration aurait dû avoir lieu en 2019. Mais elle a été ajournée à cause de la pandémie de Covid-19 qui a frappé le pays à cette période. Il est à noter que ce commissariat de Tsaralalàna était officiellement créé le 1er avril 1969. Malgré cet imbroglio, tous les événements programmés ont relevé le professionnalisme des organisateurs de l’événement. Cela, depuis l’ouverture de la célébration jusqu’à sa clôture. En effet, plusieurs manifestations, dont la remise de certificat de félicitations aux 16 anciens commissaires centraux, se sont succédé au sein de ce commissariat depuis sa création. Remise par le ministre de la Sécurité publique MSP, Contrôleur Général de Police Fanomezantsoa Randrianarison, cette marque de reconnaissance de leurs réalisations respectives au sein de cette unité ainsi que dans la police nationale est une preuve que les noms de ces personnes sont désormais gravés dans l’histoire de ce pays. D’ailleurs, leurs noms et grades sont inscrits sur la stèle commémorative de ce jubilé, laquelle a été inaugurée par le MSP et l’actuel commissaire central d’Antananarivo-ville, Commissaire de Police Andry Ny Aina Radanielson pendant la célébration d’hier. Rappelons que le commissaire de Police Victor Randriamihaja était le premier à avoir occupé ce poste, et ce, depuis sa création.

Socle de la sécurité publique. Pendant sa prise de parole à l’ouverture de la cérémonie d’hier, le ministre, Fanomezantsoa Randrianarison, a rappelé la place et le rôle de ce commissariat central d’Antananarivo dans la vie de la nation malgache. D’après lui, première unité de police urbaine du pays, l’histoire de l’Hôtel de police de Tsaralalàna a montré qu’il est le socle de la sécurité publique. Étant située au niveau de la C elle doit être un modèle pour les commissariats centraux répartis dans tout le pays. C’est pourquoi le ministre a promis de faire le nécessaire pour appuyer davantage cette unité aussi bien en matière d’infrastructures qu’en matière de ressources humaines. L’objectif est de concrétiser le slogan de la police nationale disant : « Polisy miaro sy manampy ny vahoaka ». Dans ce sens, il a remis au nom du président de la République 20 motos pour tous les commissariats d’arrondissement de la ville d’Antananarivo. Ces matériels roulants ont été octroyés pour faciliter les interventions de la police urbaine dans la ville. En ce qui concerne particulièrement les ressources humaines, la journée d’hier a également été l’occasion d’inaugurer un salon de coiffure et d’esthétique destiné à la gente féminine du commissariat central de Tsaralalàna. Pour couronner le tout, une exposition de photos rapportant l’histoire du Commissariat central de Tsaralalàna a également été inaugurée sur les lieux.

T.M.

Manjakandriana – Andiana mpangalatra : olona 17 nosamborin’ny zandary

Saika ny olona tao an-tanana iray manontolo no voarohirohy ho mpangalatra sy voasambotra.

Saika ny olona tao an-tanana rehetra ! Niainga tamin’ny fisamborana ramatoa iray tratry pôlisy am-bodiomby noho ny resaka fangalarana arina fandrehitra ny raharaha, herinandro lasa teo, tao an-tampon-tanan’i Manjakandriana tao. Rehefa natao ny famotorana, hoy ny loharanom-baovao avy amin’ny pôlisim-pirenena dia nilaza sy nanoro ireo mpiray tsikombakomba taminy ity farany. Nanohy tohy vakana nony avy eo ny fisamborana, satria samy niteny ireo mpiray petsapetsa aminy avokoa ireo efa voatondro. Ny niafaràny, saika ny iray tanana no voarohirohy amin’izay resaka halatra izay avokoa. Nahatratra 17 isa ireo olona nosamborina, hoy hatrany ny pôlisy, ka ny sivy amin’ireo dia vehivavy avokoa. Nentina avy hatrany natao andrimaso ho amin’ny famotorana avy hatrany ireto farany ary natolotra teo anivon’ny Fampanoavana omaly.

Araka ny fantatra tokoa mantsy dia nisy ny fitairanana maro azon’ny teo anivon’ny kaomisarian’ny pôlisy, mahakasika ny firongatry ny hala-botry isan-karazany tao an-drenivohitr’i Vakiniadiana tao. Misy andian’olona maromaro mihitsy, minia mangalatra arina fandrehina, biby fiompy ary ireo karazam-by rehetra tany an-toerana. Teo anatrehan’ny zava-nisy dia nandray andraikitra avy hatrany ny pôlisy, nanamafy ny fisafoana, mandeha tongotra, na andro na alina fa indrindra amin’ny alina. Ny herinandro teo araka izany dia vehivavy iray no tra-tehaka am-bodiomby mihitsy, teo am-pangalarana gonin-tsaribao, tao amin’ny tanan’Antsakambahiny. Nosamborina avy hatrana ity farany ary izao niafara tamin’ny fahatratrarana ireto olona am-polony maro ireto.

m.L

Zandarimaria Boeny : Nahazo kaomandin’ny vondron-tobim-paritra vaovao

Ny kaomandin’ny vondro-tobim-paritry ny zandary ao Boeny vaovao, ny Lt-Kly Randriamahery Faniry.

Tontosa omaly, ny lanonana ara-miaramila, nanaovana ny famindram-pibaikoana, ny fanolorana ny faneva sy ny sabatra, teo amin’ny Kaomandin’ny vondron-tobim-paritry ny zandary Boeny teo aloha, ny Kly Andrianatrehina Livah sy ny Kaomandin’ny vondron-tobim-paritry ny zandary vaovao, ny Lt-Kly Randriamahery Faniry. Lanonana izay natao teny amin’ny Bord de la mer, tao Mahajanga be ary notronin’ireo tompon’andraikitra ambony isanisany, nahitàna ny Kaomandin’ny zandarimariam-pirenena, ny Jly Rakotondrazaka Andry niaraka tamin’ny Governoran’ny Faritra ary ireo manam-pahefana sivily sy miaramila tao an-toerana. Nofarana tamin’ny matso lehibe izany lanonana ara-miaramila izany tany an-toerana.

m.L

Antanifotsy : Fiara nitondra razana nivadika, olona roa maty

Tany anaty rano no niafaran’ilay fiara nitondra mpamadika sy razana maina.

Avy any Faratsiho, ho any Ambatolampy ity fiara nitondra mpamadika niaraka tamin’ny razana maina ity no niharan-doza, omaly tamin’iny lalam-pirenena fahafito iny, ny alin’ny alakamisy hifoha zoma lasa teo. Vokany, roa tamin’ireo mpandeha tao anatiny no namoy ny ainy, am-polony ireo naratra.

Tokony ho tamin’ny misasakalina mahery tany ho any no niseho ny loza, raha ny fanazavana azo. Teo amin’ny toerana antsoina hoe Andavabato, distrikan’Antanifotsy. Voalaza fa niala fiara iray nifanena taminy ity farany, kanjo tsy voatana intsony ny familiana ary dia nivadibadika tany anaty hantsana izany “taxi-brousse”, nofain’ireto fianakaviana handeha hamadika ireto manokana. Niaraka maromaro izy ireo no niala avy any Faratsiho, izay noho ny fahataram-potoana dia voatery nanainga alina, hihazo an’Ambatolampy, tamin’io andron’ny alakamisy io. Somary taraiky taty aorian’ireo fiara nitandahatra ity fiara niharan-doza ity, izay marihana fa nitondra ilay razana havadika.  Voatery nanamafy ny hafainganam-pandehany araka izany ny mpamily, kanefa ny andro alina, ny lalana maizina. Tao anatin’izay mihitsy no sendra an’io tampoka io mpamily ka tsy afa-niala intsony. Niezaka namerina ilay fiara, hihazo ny lalany ihany ny mpamily saingy indrisy fa efa namantana tany an-kady ny lohany. Nivadibadika ambony ambany sy nikodiadia tamin’iny hantsana iny izany fiara izany ary namarana ny lalany, ireo kodiaran’efatra aty ambony, tany anaty rano.

Mafy dia mafy ny fahavoazana. Samy nanao izay nahatafavoahany tao anatin’izany fiara niharan-doza izany avokoa moa ireo tsy dia naratra. Ireo nanatri-maso ny loza sy ireo olona tamin’ireo fiara hafa, ary niampy ny zandary teny an-toerana koa no nanampy tamin’ny famoahana ireo tsy afa-nivoaka sy ireo tsy nahatsiaro tena intsony. Araka ny vaovao dia samy naratra avokoa ireo olona 27 nentin’ity fiara ity, saingy nisy tamin’izy ireo no tena voa mafy. Anisan’izany ny lehilahy lehibe iray sy zazakely iray, izay nentina avy hatrany novonjena tao amin’ny toeram-pitsaboana tao Sambaina. Indrisy anefa, noho ny ratra mafy nahazo dia tsy tana intsony ny ainy, eny fa na dia teo aza ny ezaka rehetra nataon’ireo mpitsabo. Tamin’ireto naratra sasany moa dia fantatra fa nisy ireo notsaboina tao Sambaina ary nisy ny voatery nalefa tany Antsirabe. Ankoatry ny famonjena sy ny fanampiana ireto olona tra-doza ireto dia tonga nijery ifotony sy nanokatra ny fanadihadiana manoloana izao loza nihatra izao ireo zandary tany an-toerana.

m.L

La remise en marche d’une machine grippée

Les Malgaches, avons-nous dit à plusieurs reprises, sont des gens extrêmement patients et peuvent même paraître passifs au regard des observateurs venant de l’extérieur. Jusqu’à présent, ils ont supporté les méfaits d’une inflation galopante qui a rogné leur budget amoindri par la crise économique et ils s’attendent à une dégradation encore plus importante de leur niveau de vie dans les semaines voire dans les mois à venir. Le pouvoir est conscient de ce glissement progressif d’une partie de la population vers la  pauvreté, mais il n’arrive pas à trouver les solutions innovantes pour sortir du marasme dans lequel le pays s’enfonce.

La remise en marche d’une machine grippée

Madagascar, pays riche de ses ressources naturelles, est aujourd’hui l’un des plus pauvres du monde. Il est loin le temps où on l’appelait « l’île heureuse ». Ceux qui ont 50 ans et plus se souviennent de cette période faste des années ‘60 et ‘70 où il faisait bon vivre. L’économie était prospère et le mode de gouvernance du pouvoir de l’époque, même s’il était critiquable, assurait aux citoyens un niveau de vie appréciable. Le monde a changé, mais la Grande île n’a pas su profiter de ces changements pour évoluer et tenir le rang où elle se trouvait auparavant. Aujourd’hui, elle se trouve en queue de peloton des pays à faible PIB. C’est vers tous les dirigeants successifs que l’on se tourne pour essayer de trouver les raisons de cette glissade vers le bas. On a touché le fond, mais on peut y remédier. Les crises que les Malgaches ont vécues durant ces deux dernières années ont mis le pays dans une situation critique, mais ceux qui sont au pouvoir n’ont pas su prendre les mesures nécessaires pour redresser la barre, empêtrés dans leurs contradictions. Ou plutôt, ils ont réagi, mais ils l’ont fait sans mener jusqu’au bout les actions initiées. Maintenant, ils essaient de remettre en marche une machine qui est grippée. Mais ils essaient de le faire tant bien que mal.

Patrice RABE

Karaté-do – Fédération : Ouverture des dépôts de candidature

Réunion du comité ad hoc.

Le comité ad hoc maintient sa décision d’organiser l’élection du nouveau président de la Fédération malgache de karaté. Le dépôt de dossiers de candidature est déclaré ouvert. L’élection se déroulera le 1er octobre dans la ligue Haute Matsiatra. Ceux qui veulent postuler doivent  transmettre leur candidature au Comité ad hoc au plus tard le mercredi 28 septembre prochain à 16h00 au siège du comité, Porte 202 au bureau du IIIe Arrondissement Antaninandro Antananarivo 101 pour la version papier. Les candidats peuvent aussi recourir à la version électronique via le site web cafederationfkm@karate.com. « Ce poste important devrait être occupé par un candidat qui respectera les conditions énoncées selon les directives techniques nationales. Pour cela, le futur président de la Fédération du Karate-Do Malagasy devrait présenter des capacités évidentes pour manager son équipe et assurer une relation permanente avec les dirigeants et les comités internationaux », souligne le comité ad hoc dirigé par Mamy Rahantason. « Le nouveau président aura comme tâche principale de représenter le karaté-do malgache au niveau national et international. Il portera la discipline auprès de toutes les instances fédérales, administratives et sportives. Le président devrait être capable de gérer les personnels et les activités de tous les membres de la fédération, de superviser le fonctionnement des autres membres et la logistique générale, en veillant à l’application des décisions de l’AG. Enfin, il soutiendra son développement à travers l’organisation de stages dispensés par les experts », peut-on lire dans le communiqué.

Manjato Razafy

Football – CAN U23 : Madagascar contre Seychelles ce jour

Les Barea U23 fin prêts à affronter les Pirates des Seychelles.

Les jeunes Barea vont affronter les Pirates des Seychelles, ce jour au Stade Barea, pour le compte du premier tour qualificatif à la Coupe d’Afrique des Nations U23, au Maroc en 2023. Le rendez-vous est donné à 16 heures. Les protégés de Herimanitra Rabeharisoa, alias Hery Be, sont fin prêts. Leur objectif c’est de remporter la victoire et de suivre le parcours des Barea au CHAN. « Chaque joueur, qu’il soit expatrié ou local, est à son niveau mais le seul objectif c’est de gagner. Nous avons bien travaillé sur la communication et la cohésion des joueurs durant ces quelques jours de regroupement. Après la déclaration de la CAF annonçant que les joueurs nés en 2000 ne peuvent plus jouer, on a fait quelques changements sur la liste des joueurs. Beaucoup d’entre eux sont des nouveaux joueurs. Nous n’avons pas eu le temps de regarder un match de notre adversaire. Pourtant, on a bien affermi notre stratégie », a fait savoir le coach. Les Barea comptent aussi sur le soutien des supporters. Les Seychellois, eux, sont issus d’une équipe composée notamment des joueurs de 18 ans. Ils sont tous des expatriés. Le coach Marcel Nolin s’est contenté des joueurs locaux. « Etant donné qu’on joue la double confrontation à Madagascar, les matches s’annoncent très difficiles. Les Malgaches disposent des joueurs expatriés et ont un niveau supérieur. Nous devons établir une bonne stratégie pour avoir de bons résultats », a-t-il annoncé. Le match retour se jouera mardi, toujours au Stade Barea.

Manjato Razafy

Football : Les Barea à l’épreuve des Diables Rouges du Congo

Les joueurs des Barea n’ont pas démérité sur le terrain face aux Marocains, mondialistes.

Les Malgaches affrontent les Congolais, ce soir  à 19 heures au Stade El Bachir de Mohammedia.

Les Barea de Madagascar jouent leur premier match officiel dans le cadre du tournoi « Maroc, capitale du football africain ». Le technicien français, Nicolas Dupuis a eu 5 jours pour préparer cette rencontre amicale face aux Diables Rouges du Congo. « L’état d’esprit est bon et très positif, il n’y a eu aucun joueur blessé à l’exception de Voavy Paulin qui a pris un coup de coude, mais il va mieux. Nous avons joué un très grand match contre le Maroc. Nous continuons à travailler et nous n’allons pas nous arrêter au Congo et au Maroc dans l’optique de mars. On va faire jouer tout le monde. Nous sommes en train de construire un groupe de qualité tout en connaissant les absents. Ce matin (ndlr), nous avons eu une réunion tactique sur les points forts et faibles lors du match face au Maroc. Jouer contre le Congo est différent que ce soit dans l’approche et on aura peut-être plus de possession. On reste très concentré pour gommer les petites erreurs comme le but précoce contre le Maroc », a fait savoir Nicolas Dupuis, coach des Barea. Les joueurs ont effectué leur dernière séance d’entraînement avant le match au Stade Hay Moulay Rachid à Casablanca. Une occasion pour le technicien français de corriger les erreurs tactiques. « Nous allons travailler le problème de concentration et le problème tactique, de positionnement et de déplacement. On les a déjà corrigées lors du match contre le Maroc, mais on doit marquer plus pour ne pas se tromper dans le pressing et sur la position des uns par rapport aux autres sur le terrain. Tout le monde va jouer, ce sera un amalgame comme la dernière fois », a continué Nicolas Dupuis. 19 joueurs participent à cette préparation en terre marocaine avec 6 joueurs locaux et 13 expatriés dont deux nouvelles têtes à savoir Kenji Van Boto et Jean Martin Rakotonirina alias Datsiry. Tout le monde s’investit pour confirmer sa place au sein de l’équipe.

Coach : Nicolas Dupuis

Gardiens de but:

-Nina Razakanirina – Elgeco PLUS

-Melvin Adrien – Teg Genève FC

-Mathyas Randriamamy – PSG

Défenseurs:

-Kenji Van Boto – AJ Auxerre

-Enzo Bovis – FC Fleury 91

-Jérémy Morel (San club)

-Berajo Razafindraibe – Jet Kintana

– Tantely Antoine Randrianiaina – Disciples FC.

-Jean Martin Rakotonirina alias Datsiry – Elgeco Plus.

Milieux:

-Marco Ilaimaharitra – Sporting Charleroi

-Olivier Randriatsiferana – Fosa Juniors

-Ibrahim Amada – Al Qadsiah Fc

-Rayan Raveloson – Aj Auxerre

-Hery Bastien – Galway Utd

-Zotsara Randriambololona – FC Balti

Attaquants:

-Tsilavina Fanomezantsoa – Fosa Juniors

-Paulin Voavy – Ghazl El Mahalla Sc

-Julio Donisa – Fc Arges Pitesti

– Alexandre Ramalingom – Cs Sedan Ardennes.

T.H

Concertation nationale : Soutien déclaré de l’Union européenne

L’ambassadrice de l’Union européenne, Isabelle Delattre, face à la presse jeudi.

Les pays partenaires ont un penchant concernant l’initiative de « concertation nationale » qui anime actuellement le microcosme politique. Lors de sa première rencontre avec la presse, jeudi dernier, Isabelle Delattre a affirmé que « nous encourageons toujours les plateformes de dialogue ». La nouvelle ambassadrice de l’Union européenne à Madagascar n’est pas passée par quatre chemins pour déclarer son soutien au « dialogue » ou à la « concertation » selon le jargon en vogue. « C’est un gage de démocratie », poursuit-elle. La diplomate s’incline, en effet, en faveur de l’initiative qui peut garantir également, à ses yeux, un « fonctionnement paisible du processus électoral ». Dans ce cadre, Isabelle Delattre a rappelé les recommandations de la mission de suivi électoral de l’Union européenne pour affirmer que du travail reste toujours à faire pour améliorer le processus en cours. Et « en tant que partenaire, on donne des conseils, des recommandations de manière à ce que les choses se passent bien, à ce que le scrutin se passe conformément » a, quant à lui, déclaré, mardi dernier, Christophe Bouchard, ancien ambassadeur de France qui vient de quitter le pays avant-hier.

Rejet. L’ambassadrice vise dans sa démarche la crédibilité du processus électoral et soutient qu’un « fonctionnement paritaire est toujours gage d’un fonctionnement paisible du processus ». Mais du côté du régime on n’entend pas les choses de la même manière et les partisans du pouvoir ne comptent pas adhérer à la démarche de « concertation » qui fait mouche dans les chancelleries et dans les camps des opposants. Lors de la table ronde avec le gouvernement, le président de la République a répliqué sur le sujet en affirmant que « Madagascar n’est pas un pays en crise ». Une manière pour le chef de l’Etat d’écarter l’idée d’un rapprochement avec le camp d’en face ou d’un « dialogue formel » avec ses opposants. Ses partisans enchaînent les rencontres avec la presse pour torpiller cette initiative. Récemment, le parti Hiaraka Isika de Camille Vital a soutenu que cette « concertation est loin d’être une priorité actuellement ». Le rejet est formel. Ce refus d’adhésion handicape ce processus qui peine à décoller. Un culte dédié a été boycotté, samedi dernier, par les partisans du président de la République.

Opposants. Les partisans de l’initiative, en revanche, multiplient les rencontres pour fournir de la matière à cette idée qui a été boostée par l’appel du conseil œcuménique des églises chrétiennes. Cette organisation religieuse, qui regroupe les églises les plus influentes du pays, notamment l’Église catholique romaine, la Fjkm, les luthériens et l’Église anglicane, a appelé les différents acteurs politiques à « se concerter ». L’objectif pour le FFKM est de « résoudre d’une manière concertée les maux qui minent le pays actuellement ». Insécurité, vindicte populaire, respects des droits humains, crise économique, sont les sujets qui préoccupent le conseil. Les partis Tiako i Madagasikara et Hery Vaovao ho an’i Madagasikara, principaux partis de l’opposition, applaudissent l’implication du FFKM dans cette démarche.

Rija R.